Un pictogramme est défini comme un « dessin figuratif ou symbolique utilisé comme signe graphique à des fins de communication » (Grand dictionnaire terminologique). Son utilisation remonte au tout premier système d’écriture, le Cunéiforme, une écriture dont les signes sont en forme de coin (ou de clou). L’écriture pictographique est d’ailleurs toujours présente dans certaines cultures de la Chine, dont le Dongba.

Exemple de pictogrammes tirés de la norme ISO 7001

Les pictogrammes, de part leur nature graphique et symbolique, peuvent facilement être interprétés de la même manière par des personnes de cultures, d’âges et de langues différentes. C’est pourquoi ils sont souvent utilisés pour identifier des lieux (ex. toilettes publiques, hôpitaux) et fournir des indications (ex. signalisation routière). L’ISO a d’ailleurs défini un ensemble de pictogrammes destinés aux informations publiques (ISO 7001). Les pictogrammes peuvent également être utilisés avec des personnes présentant des troubles du langage afin de supporter la communication interactive.

Le niveau d’abstraction des pictogrammes propres au langage PictograF facilitent la création des modèles de bases de données, mais également des rapports, des spécifications et contraintes d’intégrité spatio-temporelles et des interfaces utilisateurs. Ils cachent la complexité inhérente à la description des caractéristiques spatiales et temporelles des concepts à communiquer, de leurs propriétés et de leurs interrelations. Notamment, ils facilitent la création, l’édition, la communication et la validation des modèles de bases de données spatio-temporelles ainsi que leur traduction vers des structures de données propriétaires ou génériques selon les normes internationales (ex. : OGC, ISO TC-211).
top